Diorissime

Dior-atelier-staff.jpg

L’hiver 2015-2016 a été plutôt mouvementé dans le monde de la mode avec le départ annoncé de trois grands couturiers. Parmi eux, Raf Simons laisse sa place de directeur artistique de la prestigieuse enseigne Dior. C’est l’occasion pour VM de revenir sur l’histoire de cet emblème de la Haute Couture.

BRAND_BIO_BSFC_108685_SF_2997_005_20131219_V1_HD_768x432-16x9.jpg

Le talent de Christian Dior a frappé la mode dès sa première collection en janvier 1947. Frappé, expression plutôt curieuse pour une personne aussi discrète et réservée que celle qu’était Christian Dior, et pourtant, aucun mot n’est plus approprié lorsque l’on révolutionne la mode et le style au moment où on s’y attend le moins. Et oui, Dior c’est le retour de la féminité, alors que depuis le début des années 20, la mode était aux coupes garçonnes et aux habits pratiques.

Le style Dior, c’est avant tout l’amour du corps féminin et la volonté de le sublimer. Avec ce premier défilé, il invente ce qu’une éditrice du Harper Bazar nommera le New Look. Un style marqué par une silhouette, celle de la veste Bar, une veste cintrée aux épaules arrondies, tombant sur une jupe corolle qui rappelle une rose. Le créateur puise son inspiration dans les jardins de sa maison d’enfance, sur la falaise granvillaise, face aux îles Anglo-Normandes. Les défilés Dior vont se succéder pendant 10 ans, toujours avec le même succès. A la fin de sa vie, les lignes ont complètement changé, c’est le retour de la silhouette H, qui rappelle la coupe de la célèbre petite robe noire Chanel des années 1920.

Au décès de Christian Dior en 1957, c’est son élève : Yves Saint Laurent, alors âgé de seulement 21 ans, qui reprend le flambeau. Et malgré son jeune âge, il réussit l’exploit de perpétuer la maison Dior après la mort de son fondateur. C’est une première dans le monde de la mode. Cette réussite est en grande partie due au succès de sa première collection baptisée : ligne trapèze. En 1960, il est appelé sous les drapeaux, il est alors contraint d’abandonner son poste. C’est Marc Bohan qui prend le relais, il entretient le succès de la marque Dior en restant dans l’air du temps et en répondant par ses collections à la soif de liberté des femmes de l’époque. Il reste presque 3 décennies à la tête de Dior. C’est ensuite Gianfranco Ferré qui accepte la difficile mission de perpétuer le style, tout en l’adaptant à l’air du temps.

Cependant, lorsque Bernard Arnault rachète Dior tout change, il nomme en 1996 John Galliano à sa tête. L’enfant terrible de la mode anglaise, autant connu pour ses frasques que pour son talent, enchaine les provocations. Avec Galliano, les défilés deviennent des spectacles et il ne cesse de flirter avec le politiquement correct. Si certaines de ses créations sont sublimes, comme la robe sirène rouge, on peut douter du bon goût de la collection Clochard. Galliano est le reflet parfait de la décadence du génie torturé, loin de la personnalité introvertie de monsieur Dior, mais néanmoins persuadé que son âme l’habite. Quoiqu’il en soit il, donne une touche baroque à la maison Dior qui lui réussira car en quinze ans le chiffre d’affaire de l’enseigne sera multiplié par quatre.

Il y a deux semaines, Raf Simons a signé sa dernière collection Haute Couture pour Dior. Lorsqu’il a été nommé directeur artistique en 2012, suite au scandale Galliano, il était loin d’être le favori. Pour autant, après les extravagances de son prédécesseur, il a su retrouver toute l’authenticité de la griffe Dior. Avec Simons, c’est le retour aux origines, avec des tailles très cintrées, des formes corolles et toujours cet amour des fleurs, tout en adoptant des coupes et des tissus modernes qui jouent sur les motifs et sur la transparence. Simons crée pour l’art et il le fait savoir dès sa première collection en faisant imprimer des tissus inspirés de ses toiles favorites. En 2015, c’est la consécration, le monde de la mode qui doutait de sa capacité à reprendre le flambeau le nomme meilleur créateur du monde.

Rihanna-pour-la-campagne-Dior-2015_exact1024x768_p.jpg

Aujourd’hui, un doute plane sur sa succession. Si plusieurs noms ont été prononcés comme celui d’Alber Elbaz (qui vient de quitter la maison Lanvin), ou encore Riccardo Tisci (actuel directeur artistique de chez Givenchy), pour l’instant rien n’est encore décidé. On peut tout de même constater une réelle volonté de changement, après Marion Cotillard, Diane Kruger ou encore Nathalie Portman, c’est Rihanna qui a été choisie comme égérie, une image loin de celle de l’iconique Miss Dior. Quoiqu’il en soit, pèse déjà sur les épaules du futur directeur artistique, la mission de perpétuer l’âme de ce joyau de la haute couture française.

Romy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s